conference logo
 
Programme  Titles  Presenters  Topics 
Carol Brayne, PhD, University of Cambridge: Changing Societies, Ageing Minds, Brains and Dementia / Sociétés en mutation, mentalités et cerveaux vieillissants, et démence
Thursday, October 18, 2018 / Jeudi 18 octobre 2018

Societies are ageing across the globe and our research needs to be matched to the challenges societies will face in the short and longer term future whether in low and middle income countries or high income countries. This talk will provide a public health perspective on population studies of ageing across the life course, with attention to global society, to examine what we’ve learnt about different types of risk, protection and the ways in which our brains age. The relationship of biology to lived life is an important focus, and how the research endeavour focused on relatively early onset high risk dementia provides evidence for one section of those at risk of dementia, but has limitations in relation to the majority of those who are at risk of, or who experience, dementia in later life. Added to these issues are the challenges facing societies not from ageing itself, but from those pressures to which the increases in numbers of us surviving into older ages contribute. These are embodied in the Sustainable Development Goals.  Researchers focused on health and wellbeing will increasingly need to address these goals alongside more detailed biomedical, individual disease orientated approaches. 

---

Partout sur Terre, les sociétés vieillissent et nos recherches doivent correspondre aux défis auxquels les sociétés vont faire face à court et à long terme, que ce soit dans les pays à revenu faible et moyen ou à revenu élevé. Cet exposé apportera un point de vue de santé publique sur les études populationnelles sur le vieillissement à toutes les étapes de la vie, sous l’angle de la société mondiale, pour examiner ce que nous avons appris sur les différents types de risques, de protections et de façons dont le cerveau vieillit. Il est important de se pencher sur la relation entre la biologie et la vie vécue, car la façon dont l’effort de recherche s’est concentré sur l’apparition relativement précoce de démence à haut risque fournit des données probantes pour une partie des personnes à risque, mais avec des limites pour la majorité d’entre elles ou pour celles qui sont atteintes de démence en fin de vie. En plus de ces questions, des défis se posent aux sociétés non pas en raison du vieillissement lui-même, mais en raison des pressions auxquelles contribuent ceux d’entre nous qui atteignent un grand âge. Cela s’inscrit dans le cadre des Objectifs pour le développement durable. Les chercheurs qui s’intéressent à la santé et au bien-être vont de plus en plus devoir s’attaquer à ces objectifs parallèlement à des approches biomédicales plus détaillées axées sur les maladies individuelles.